Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 15 décembre 2017

Bel et indispensable ouvrage de pollinisation
© Photo : Jacques Solomiac

Editorial 14 octobre 2015

Et si personne ne votait !?

La mascarade politique a pris depuis quelques années une dimension grotesque.

Après un gouvernement de droite qui ne laisse comme souvenirs qu’une kyrielle de mises en examens par la justice et une liste encore plus longue de suspicions de corruption en tout genre.
Ce n’est bien sûr pas nouveau. Quelques spécialistes du genre, certains disparus, ont emporté avec eux de belles histoires pas très honnêtes.
Maintenant c’est au tour d’un gouvernement dit socialiste de ne pas montrer un exemple particulièrement probant de ce que pourrait être la Politique.
Dès 2014 un premier bilan faisait apparaitre que la « république exemplaire », n’était pas à l’ordre du jour.
En oubliant les frasques du Président lui même, qui en matière de politique familiale n’est pas un modèle, nous avions déjà un aperçu de la rigueur morale avec M. Cahuzac, Yamina Benguigui et ses déclarations de patrimoine incomplètes, Aquilino Morelle et son conflit d’intérêt, Thomas Thévenoud, éphémère ministre qui oubliait de déclarer ses impôts, Kader Arif, gêné par l’enquête sur ses proches, Faouzi Lamdaoui, cité en correctionnelle pour « abus de biens sociaux », « blanchiment d’abus de biens sociaux » et « faux et usage de faux ».
Il y a bien aussi quelques casseroles accrochées aux basques de quelques ministres en place qui ont des enfants ou des compagnons en délicatesse avec le droit et la Justice. Un tableau bien peu encourageant.

Les magouilles en tout genre, les arrangements entre amis, les passes droit, les nominations complaisantes, l’incompétence, ... Il y en a assez.

Le pays gouverné à droite, puis à gauche est toujours aussi mal loti et le résultat catastrophique. Aucune décision ne semble être prise pour les citoyens qui sont tous les jours dans la vie réelle. Tout va mal.

Bien sûr je n’ai pas la solution. Mais montrer l’exemple serait déjà un premier pas.
Moins de ministres, moins de députés, de sénateurs ou d’élus de "terrain" serait un début. Des gens compétents et exemplaires serait un plus. Et chercher sérieusement les vrais solutions pour l’emploi, la fiscalité, la justice, l’immigration, le climat, ... sans se soucier d’abord de son confort et de sa réélection, serait le top.

Grève de vote

Alors comme ils ne comprennent rien il faudrait peut-être que nous citoyens nous donnions un signal fort.
Si personne allait voter à la prochaine élection régionale peut-être que nos gouvernants se poseront les bonnes questions ?
Il faudrait que se soit comme une grève des urnes, un mouvement citoyen fort et constructif, rempli d’espoir pour l’avenir, ... Il ne faut pas trop rêver quand même.
Jacques Solomiac