Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 21 janvier 2018

Economie 16 février 2010

La mondialisation peut tout faire

Tout et n’importe quoi. Et les patrons des multinationales n’ont même pas honte. Philips en fait ici la démonstration.

..."Selon la CGT, un second courrier, dont l’AFP a eu copie, a été adressé aux salariés, leur proposant un reclassement en Hongrie.

"Philips propose aux salariés, des postes d’opérateurs à Szekesfehervar en Hongrie en CDI payés 450 euros par mois, sur douze mois, avec la condition de pratiquer la langue Hongroise. C’est vraiment se moquer du monde", s’est indigné M. Georget.

Une assemblée générale a été convoquée lundi à 8 heures par le syndicat, qui a appelé les salariés à se rendre "normalement" à l’usine. "On demande à l’ensemble des salariés de prendre leur travail normalement, à leur poste habituel dès 5h30 lundi", a déclaré M. Georget.

Alors que les syndicats ont pu pénétrer dans leurs locaux situés à proximité de l’entreprise, des vigiles interdisaient l’accès à l’usine "au moins jusqu’à demain matin", selon la CGT."

Extrait du site lexpansion.com

Des résultats pourtant très bons

"Le groupe néerlandais d’électronique grand public a ainsi dégagé un Ebita (bénéfice avant intérêt, impôts et amortissements) de 662 millions d’euros contre 26 millions il y a un an et 502 millions d’euros attendus en moyenne par les analystes financiers.

"Des résultats fantastiques, j’en ai les larmes aux yeux. Philips a fait mieux que prévu dans tous les domaines", a déclaré Jan Hein de Vroe, analyste chez ING.

Soutenu par de bonnes performances sur les marchés émergents, le chiffre d’affaires est également ressorti à un niveau supérieur aux attentes sur la période, à 7,26 milliards d’euros contre une prévision moyenne de sept milliards.

Philips, numéro un mondial de l’éclairage, l’un des trois premiers fabricants mondiaux d’équipements hospitaliers et premier producteur européen d’électronique grand public, s’est fixé comme objectif moyen terme une marge Ebita d’au moins 10%, sans se donner un calendrier précis.

"Les conditions économiques actuelles ne nous permettent pas de faire des prévisions fiables", déclare Gerard Kleisterlee, directeur général du groupe, cité dans un communiqué. Source Expansion.com avec Reuters

Et voilà comment avec 450 euros par mois les employés de Philips de Dreux pourraient permettre à la Cie d’avoir des résultats encore meilleurs.
Que ceux qui maîtrisent la langue hongroise lèvent le doigt.

À lire aussi : L’article complet