Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 15 décembre 2017

Bel et indispensable ouvrage de pollinisation
© Photo : Jacques Solomiac

Editorial 17 décembre 2015

La vague brune noie les élections

Ce mois de décembre 2015 les citoyens français sont appelés à élire les conseillers régionaux de la France redécoupée en 13 régions. Le premier tour de cette élection est symptomatique d’un rejet de la conduite des affaires publiques dans le pays. Le deuxième tour de cette élection ne résout rien. Sauf à rajouter une coche de confusion dans l’esprit des électeurs qui massivement (6,8 millions) ont voté a l’extrême droite.

Les résultats du premier tour, qu’il conviendrait de ne plus nommer "scores", ce n’est ni un jeu, ni un sport, sont sans appel.
L’abstention est trop importante. mais personne ne s’en souci.
Et le parti d’extrême droite est en tête presque partout, sauf en Corse et dans les DOM et TOM..
Les interventions, à la radio ou à la télévision, des différents responsables politiques sont affligeantes. Et les chroniqueurs de la presse écrite au lendemain de ce premier tour ne font pas mieux. Il n’est pas question de remettre quoi que se soit en question. Il faut juste "magouiller" encore un peu plus (sous l’appellation Front Républicain) pour essayer de sauver son siège et la parcelle de pouvoir que le mandat octroie de fait.
Quand au cumul des mandats ...!? Il ne faut même pas penser.

Sans avoir la science infuse, sans avoir aucun don divinatoire les "politiques" auraient pu, depuis des décennies se douter que leur attitude arrogante et leur comportement oligarchique allait poser un problème. La société française est aujourd’hui répartie en trois castes. Les très riches, qui sont toujours plus riches. Les pauvres, français et immigrés qui n’arrivent même plus à se supporter. Et entre ces deux strates statistiques, la classe dite moyenne, a de plus en plus de mal à rester sur ce strapontin.

La fracture est maintenant trop grande entre le peuple de France et ceux qui font la "politique". Trop perçus comme étant au service des puissants et se servant eux mêmes les meilleures portions de "soupe".

Le deuxième tour des élections régionales n’ont rien réglé. Tous les partis ont gagné quelque chose. Il sont contents. Et pour tous il n’y a qu’un objectif : l’élection présidentielle de 2017. Pour le reste (liberté, égalité, chômage, impôts, santé,...) circulez il y a rien à voir.

Ce qui nous conduit à la situation actuelle c’est la fin du crédit que la moitié des français qui votent (25 726 802 votants) accordent à ceux qui nous dirigent depuis un siècle.
Droite ou gauche ont eu le même comportement, la même soif de pouvoir et d’enrichissement personnel. Les scandales, la corruption via les lobbies sont dénoncés quasi quotidiennement. Et pourtant rien ne change. Les pires moments de la République sont à venir. Jacques Solomiac.